L'Australie lance une enquête sur les sites de pari en ligne

Russell Potvin, 15 Sept. 2015
Enquête sur les sites de pari en ligne

Après avoir annoncé récemment son intention de réviser les lois concernant le pari en ligne, le gouvernement australien veut maintenant mener des enquêtes sur tous les opérateurs de pari en ligne dans le pays.

Le site d'informations News.com.au a rapporté que c'est Scott Morrison, le ministre des Services Sociaux, qui a fait cette annonce. Morrison déclara que Baryll O'Farrell, l'ancien Premier ministre de la Nouvelle-Galles-du-Sud, sera en charge de l'investigation.

Il y a actuellement 30 sites de pari en ligne dans le pays, mais Morrison affirma que seul près de 40% des 1,6 milliard de dollars de revenus enregistrés par l'industrie entrent dans les coffres du gouvernement australien. Le reste, selon le ministre, est engrangé par plus de 2 000 sites web internationaux qui ne sont pas contrôlés par le gouvernement.

Selon le rapport, les membres de l'industrie des courses, des sports professionnels, des groupes de pari ainsi que les gouvernements étatiques et territoriaux tout comme le public seront consultés. O'Farrell et son équipe ont jusqu'au 18 décembre pour soumettre leurs recommandations au gouvernement fédéral.

Morrison avoue qu'il espère que les recommandations incluront des mesures qui permettront de protéger le public des sites illégaux.

Il y a quelques semaines, le Premier ministre Tony Abbott ordonna à Morrison d'examiner l'Interactive Gambling Act de 2001, et si possible de l'actualiser pour refléter le paysage technologique actuel.

Le gouvernement prévoit de faire voter des lois plus sévères qui s'appliqueront aux opérateurs en ligne qui détiennent des licences internationales et dont les sites web opèrent en Australie. Le pays travaille également sur un registre d'auto-exclusion national en vertu duquel tous les bookmakers australiens en ligne sauraient quelle activité ils ne doivent pas mener.

Cependant, le sort du pari en live reste incertain. Ce type de pari est actuellement autorisé lorsqu'il est effectué depuis mobile, mais avec l'application Click To Call de William Hill, les politiciens devront soit réécrire les lois existantes visant à interdire ces solutions de contournement en ligne, soit admettre qu'ils sont à la traîne par rapport à leurs homologues dans les juridictions innovatrices qui autorisent les systèmes de pari en live.

Matthew Tripp, PDG de Crownbet a salué la révision de l'IGA longtemps attendue, mais il a souligné qu'il ne retardera pas l'introduction de nouvelles fonctionnalités de mise comme le pari en live, même si l'enquête du gouvernement est en cours.

Pendant ce temps, le sénateur indépendant Nick Xenophon est déjà en train de rédiger ses propres propositions de loi pour la 14-year-old act qui inclut une interdiction contre les publicités de pari pendant les programmes sportifs.