Le Gouvernement Français Dit Non Aux Casinos À Paris

Russell Potvin, 19 Juin 2015
Le Gouvernement Français Dit Non Aux Casinos À Paris

Le gouvernement français a écarté la proposition pour construire des casinos à Paris, mais a opté pour un plan pour créer à la place des clubs de jeux exclusifs comme ceux de Londres, a annoncé le ministère de l'Intérieur vendredi.

Les clubs proposés remplaceraient les cercles de jeux notoires de la ville, ou salles de jeux, tous sauf deux ont été fermés depuis 2008 à cause de soupçons qu'ils sont utilisés pour blanchir de l'argent par la mafia corse.

Les fermetures ont laissé une pénurie de lieux de jeu à Paris, et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a cherché à exploiter les jeux d'argent pour engranger plus d'argent pour l'état.

En Février, il a chargé Jean-Pierre Duport, chef de la commission des jeux du pays, pour une "mission de réflexion" pour explorer les moyens de relancer l'industrie du jeu dans la ville.

Duport a sorti un rapport qui a été rendu public vendredi, avec deux propositions principales: remplacer les cercles de jeux avec des casinos ou des cercles de jeux "classes" comme ceux de Londres, qui offrent des jeux de casino classiques, à l'exception des machines à sous.

Initialement, le gouvernement semblait pencher vers l'option du casino, et Duport estime que cela générerait 45,6 millions € en recettes fiscales.

Paris est la seule capitale européenne sans casino, à l'exception de Rome, a t-il indiqué dans le rapport. Mais l'idée a rencontré une résistance des autorités locales des deux côtés du spectre de la politique. Le maire de Paris, Anne Hidalgo, membre du Parti Socialiste, a déclaré que la proposition n'était pas sa "tasse de thé", tandis que Nathalie Kosciusko-Morizet, une membre du parti conservateur "Les Républicains" (anciennement UMP), a accusé le gouvernement de poursuivre le projet pour des raisons strictement financières.

Le gouvernement a maintenant changé sa position, abandonnant le projet de casino en faveur des clubs de jeux. Le ministère de l'Intérieur a confirmé que Cazeneuve avait penché vers cette idée vendredi, et qu'il voulait aller de l'avant sur cette proposition.

Le nouveau projet pourrait être opérationnel d'ici le début de 2016, a déclaré le ministère de l'Intérieur, en ajoutant que le calendrier était en cours de rédaction.