William Hill s'associe à NYX Gaming pour tenter de racheter OpenBet

Russell Potvin, 24 Févr. 2016
NYX

William Hill, le plus grand bookmaker britannique, s'est associé à une société américaine de technologie de pari pour ce qui semble être une guerre des enchères à 300 millions £ en vue de racheter OpenBet. Il est convenu que William Hill offrira le soutien financier nécessaire à NYX Gaming Group pour sa candidature d'offre.

Un environnement que connaît parfaitement Matt Davey, Président Directeur Général de NYX

NYX et William Hill sont des entreprises qui se connaissent bien. Bien que NYX soit cotée en bourse au Canada et basée à Las Vegas, elle fournit des produits de pari à la fois à Hill et à son concurrent Coral. En janvier 2015, NYX s'était introduite à la bourse de Toronto pour un montant de 45 millions de dollars canadiens (CAD), et sa capitalisation boursière actuelle est estimée à 130 millions CAD (soit 65 millions £).

est bien moins importante qu'OpenBet. Cependant, la société est dirigée par Matt Davey (Président-directeur général) et a déjà une certaine expérience en matière de fusion-acquisition, étant donné qu'elle a déjà conclu une affaire d'achat des plateformes logicielles Chartwell et Cryptologic B2B d'Amaya Gaming en avril 2015. Cela faisait suite à son acquisition en 2014 du logiciel Ongame Poker d'Amaya Gaming. Tout récemment, la compagnie racheta également Side City Studios, le développeur de jeux basé à Montréal, de même que eGaming Consulting, une entreprise de technologie dont le siège est à Belgrade.

Une candidature conjointement financée verrait William Hill se préparer pour sa première acquisition dans une industrie de pari en ligne qui se consolide de plus en plus, et ce, à un rythme rapide. Hill avait précédemment fait une offre de 1?488 CAD à son rival 888 Holdings, mais cette dernière fut rejetée par les actionnaires de 888.

En ce qui concerne William Hill, cette compagnie a simplement fait office de figurant lors de la récente série de fusions qu'il y a eue au Royaume-Uni et qui a vu Coral et Ladbrokes s'associer, Betfair faire une offre et fusionner avec Paddy Power, puis GVC Holdings racheter Bwin.party. Tout comme certains autres acteurs importants du domaine au Royaume-Uni, il a été rapporté que William Hill s'inquiète à l'idée de devenir trop dépendant de Playtech.

Depuis début 2016, OpenBet est au cœur des spéculations au sein de l'industrie et est considéré comme une société à acquérir à tout prix. Plusieurs sources d'informations proches du domaine des finances au Royaume-Uni s'attendent à ce que le riche développeur de jeu Playtech Plc, qui est coté à la FTSE, fasse également une offre pour le rachat de la compagnie, étant donné qu'il cherche à consolider sa présence dans le domaine des paris sportifs.

OpenBet qui alimente les plateformes de pari en ligne des marques les plus importantes au Royaume-Uni comme Coral, Ladbrokes, Paddy Power et William Hill, a été exhorté par la banque d'investissement Morgan Stanley et par son propriétaire de placements privés Vitruvian à vendre ses actifs. Il a été révélé que Vitruvian Partners estime les offres pour le rachat de la société à un montant compris entre 500 et 600 millions CAD.